Un partenariat pour faciliter la transmission des exploitations agricoles

Le renouvellement des générations est un enjeu majeur pour le maintien d'une agriculture performante et durable, créatrice d'emplois et de valeur ajoutée dans les territoires. Or, il est aujourd’hui difficile de transmettre son exploitation agricole à un jeune. En dépit du nombre important de candidats à l’installation, beaucoup d’entre elles se retrouvent démembrées suite à leur cession. Des freins juridiques et financiers sont en cause, mais pas seulement. C’est aussi une affaire d’information, de volonté et d’anticipation.

Une mise en réseau pour optimiser l’information et l’accompagnement des projets

Ce constat a conduit trois partenaires du monde agricole du Nord – Pas-de-Calais à mettre en réseau leur savoir-faire pour améliorer la lisibilité de l’offre existante en matière de transmission et accompagner les projets jusqu’à leur concrétisation. Ce sont la Safer Flandres-Artois, la Chambre d’Agriculture Régionale du Nord – Pas-de-Calais et le CEDAPAS (Centre d’études pour le développement d’une agriculture plus autonome et solidaire). Ils ont inscrit leur initiative en réponse à l’appel à projet « Programme pour l’installation et le développement des initiatives locales » financé par la Région dans le cadre du Programme Régional de la Création et la Transmission en Agriculture (PRCTA).

Un programme d’actions commun a été élaboré autour de trois axes prioritaires : sensibiliser les exploitants à l’importance de la transmission, communiquer sur les moyens et outils à leur disposition, les accompagner dans leurs projets de transmission, de la réflexion à la concrétisation.

La filière légumes de Plein champ, pilote pour l’expérimentation


Dans une première étape, les trois partenaires ont souhaité mettre en pratique ce programme d’actions sur un terrain d’expérimentation afin d’en vérifier la pertinence. Ils ont retenu pour cela la filière légumes de plein champ représentée par la coopérative Le marché de Phalempin. Comme le souligne Pascal Delebecque, Responsable du Développement de cette dernière, « nous sommes particulièrement motivés par le renouvellement des générations, car il en va de la survie même de la coopérative. Nous avions 400 producteurs il y a 15 ans. Ils ne sont plus que 200 aujourd’hui et 25 % d’entre eux ont plus de 55 ans. Si, du fait des départs en retraite, nous perdons les exploitations, il n’y aura plus de coopérative, et la filière de commercialisation et de distribution disparaitra elle aussi ». 

Ce constat est d’autant plus alarmant que la filière légumes est un gros employeur. « Il y a en moyenne cinq salariés par exploitation, explique Pascal Delebecque. Pour la culture, mais aussi pour le conditionnement, sachant que celui-ci est réalisé dans l’atelier de chaque producteur. Ce qui représente 1 000 personnes rien que pour Le marché de Phalempin ».

La clé du succès : anticiper la transmission

D’où la question : pourquoi y-a-t-il aussi peu de transmissions ? « Parce que les agriculteurs se posent la question trop tard, répond Pascal Delebecque. S’ils anticipaient, ils pourraient créer une structure pour porter leur exploitation avec ses terres, ses bâtiments et ses machines, transmettre leur savoir-faire progressivement à un jeune, et lui céder l’ensemble en temps voulu. Or, la réalité d’aujourd’hui est que, pris de court, ils vont au plus simple, en vendant leur foncier à un voisin ou, s’ils sont locataires, en laissant le propriétaire le reprendre. Et leurs machines vont à la ferraille. Ils ne font l’effort de préparer la transmission que dans le cas où son bénéficiaire sera l’un de leurs enfants ».

Le partenariat Safer - Chambre d’Agriculture-CEDAPAS va s’attacher à renverser cette tendance. Deux opérations ont déjà été menées dans le cadre d’un programme d’actions prévu pour l’année 2015 : une réunion de sensibilisation auprès des adhérents de plus de 55 ans et une formation des techniciens de la coopérative. D’autres actions ciblant l’ensemble des acteurs de la filière sont également programmées : formations auprès des cédants, mais également auprès des jeunes dans les écoles agricoles, journées portes ouvertes, réunions d’information, élaboration de documents de communication communs…

En coordonnant leurs actions et en partageant leur savoir-faire, les partenaires souhaitent faciliter les relations entre cédants et futurs installés pour faire émerger des projets concrets et les accompagner, participant ainsi à la pérennisation des exploitations de la filière légumière sur le territoire.


Newsletter d'Avril 2015

 
Service proposé par SAFER - Powered by MagicSite