Protection de la nature, le marais de Cambrin



 






 



 





 



 

Vincent Santune, Directeur du

Conservatoire des sites naturels

du Nord et du Pas-de-Calais

 

 

 

 

 

 

Newsletter d'Avril 2011

 

La réserve naturelle du marais de Cambrin gagne 39 hectares

 

La réserve naturelle du marais de Cambrin est une surface d'étangs, de marécages et de prairies humides limitrophes des communes de Cambrin, Cuinchy, Annequin et Festubert, entre Lille et Béthune. Répertoriée en tant que ZNIEFF (Zone Naturelle d''Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique), elle est un élément important du réseau des trames vertes et trames bleues de la Région Nord-Pas de Calais. En tant que zone humide, elle joue un rôle écologique et hydraulique majeur pour les environs et contribue à la dépollution des eaux de surface. Elle est également un site de premier plan pour l''avifaune, à la fois pour la nidification de nombreuses espèces et les haltes migratoires. Enfin, elle est ouverte au public durant toute l''année sur des parcours aménagés.

 

Deux propriétés se libèrent dans le marais…

 

La Safer Flandres-Artois, dans le cadre de sa mission de protection de la nature, a signé une convention en 2006 avec le Conservatoire des sites naturels du Nord et du Pas-de-Calais. « Le texte identifie les secteurs qui présentent un intérêt écologique fort et qu''il convient de protéger, souligne Vincent Santune, Directeur du Conservatoire. La Safer, de par sa connaissance du marché foncier, peut mener une veille et nous alerter lorsque des espaces sensibles vont donner lieu à une transaction, et même intervenir en notre faveur &raquo&#


C''est exactement ce qui s''est passé avec deux propriétés attenantes au marais de Cambrin :

 

· L''une de 13 hectares de marais, roselières, étangs, prairies et bois humides sur les communes Cuinchy et Cambrin, à vendre dès 2008.

· L''autre de 26 hectares de peupleraies, roselières, taillis et plans d''eau sur Cuinchy, contiguë à la première, à vendre à partir de 2009.

 

« Les propriétaires vendeurs étaient attachés à la préservation du site, précise Philippe Ranson, Directeur technique de la Safer. Ils souhaitaient avoir toute garantie du maintien des lieux en l''état, alors même qu''ils étaient fortement convoités pour des usages commerciaux de loisirs en chasse et pêche. Les propositions de rachat étaient nombreuses, d''autant plus que la seconde propriété incluait une hutte agréée pour la chasse de jour et de nuit &raquo&#

 

… la Safer entre en action

 

En dépit de leur souci écologique, les propriétaires étaient pressés de vendre. Or, le Conservatoire ne pouvait pas acheter tout de suite, pour des raisons de gestion budgétaire. C''est donc la Safer qui a pris le relai en offrant de payer comptant. « Nous avons bénéficié à la fois de la compétence foncière de la Safer, qui a mené la négociation, et de sa capacité à assurer le portage financier de l''opération », se réjouit Vincent Santune.

 

De plus, une convention de mise à disposition avec bail Safer comportant un cahier des charges environnemental a été signée avec un éleveur local. Cela pour sept hectares en pâturage extensif sur prairies très humides et quatre hectares en prés de fauche. On peut ainsi vérifier que la préservation de l''environnement n''est pas une « mise sous cloche » de la nature. En témoigne le fait que sur 70 sites gérés par le Conservatoire, 35 sont en exploitation agricole.

 

Aujourd''hui, le Conservatoire a racheté les deux propriétés à la Safer et en assure la gestion. « Nous pouvons être fiers d''avoir, ensemble, protégé un site et maintenu la connexion d''espaces appartenant à un même réseau écologique global… des espaces qui, s''ils étaient séparés, dépériraient », conclut Vincent Santune.





 
Service proposé par SAFER - Powered by MagicSite