Protection de l'environnement et agriculture vont de pair à la Ferme à Lunettes

Le propriétaire d''un site de 37 ha situé à 80 % en zone Natura 2000, à Glageon (59), souhaitait vendre son domaine, constitué de zones humides et d''étangs isolés au milieu de la forêt. Dans le cadre de ces relations avec le notariat, la Safer a été prévenue de cette mise sur le marché. Elle est alors immédiatement entrée en relation avec le Conservatoire des sites naturels du Pas de Calais, avec lequel elle travaille en partenariat pour sa mission de protection de l''environnement. L''objectif ? Eviter que le site ne soit transformé en espace de loisir ou de production forestière, sachant qu''il recèle une faune et une flore rares et typiques de la région.

 

Trouver l''agriculteur intéressé par 7 ha isolés et protégés

C''est ainsi que la Safer a acheté le site, à l''amiable, en 2010, afin de le mettre en réserve en attendant que le Conservatoire réunisse les fonds lui permettant de l''acquérir à son tour. Parallèlement, elle a cherché un agriculteur qui pourrait mettre en valeur la partie de la propriété exploitable, à savoir 7 ha en zone sèche, plus son équivalent en zone humide, mais utilisable en pâture en été. Ce qui a pris du temps au regard de l''isolement du domaine et de sa faible superficie.

 

Le dénouement est venu lors d''une réunion Terre de liens où un Conseiller foncier de la Safer a rencontré Guilain Druon, un jeune homme titulaire d''un BTS agricole, passionné d''élevage, qui avait déjà effectué plusieurs stages en exploitation. Il travaillait comme ouvrier agricole à la Ferme du Pont-de-Sains, un service d'aide aux personnes handicapées classifié ESAT (Etablissement et Services d''Aide par le Travail), situé dans la commune de Féron, juste à côté de Glageon. «Je suis tombé sous le charme de la Ferme à Lunettes, résume-t-il. Et comme j''avais l''opportunité de prolonger mon contrat de travail à mi-temps avec l''ESAT, je pouvais envisager de reprendre l''exploitation en tant que source de revenu complémentaire».

 

Un bail environnemental

La Safer a émis un appel à candidatures auquel Guilain Druon a été le seul à répondre avec un projet agricole. Comme il n''avait pas les moyens d''acheter les terres exploitables et les bâtiments de la ferme, qui sont à rénover, le projet a débouché, le 21 décembre 2012, sur une rétrocession de la totalité de la propriété au Conservatoire. Celui-ci va louer au jeune agriculteur une dizaine d''hectares avec un bail rural comportant des clauses environnementales, ainsi que le corps de ferme avec un bail emphytéotique. Cinq autres hectares s''ajouteront à cet ensemble locatif après que les peupliers qui l''occupent aient été abattus. Tout le reste du site sera géré et entretenu par le Conservatoire.

 

«Je vais produire des veaux sous la mère, explique Guilain Druon. Le berceau de cet élevage se situe traditionnellement dans le sud-ouest. Je serai donc le premier à travailler selon cette méthode en race Bleue du Nord et en production bio ou label rouge».

 

L''exploitation, qui était à l''abandon, va ainsi reprendre vie. Elle sera viable économiquement dans la mesure où elle n''est pas la seule source de revenu de l''agriculteur, qui annonce lui-même : «mon objectif principal n''est pas la rentabilité, mais de vivre dans un cadre merveilleux et de lui rendre son utilité en le valorisant. Et je respecterai les clauses environnementales du bail, auxquelles j''adhère sans réserve».

 

Newsletter de Février 2013

 
Service proposé par SAFER - Powered by MagicSite