Les zones d'expansion de crue de la Lys et de l'Yser

L’Union Syndicale d’Aménagement hydraulique du Nord (USAN) s'appuie sur la Safer pour conduire le volet foncier de ses projets de zones d’expansion de crues.


 Les communes qui bordent la Lys et l’Yser, deux fleuves qui s’écoulent dans le département du Nord, sont de plus en plus fréquemment confrontées à des inondations lors des épisodes orageux. C’est principalement lié à l’urbanisation qui, du fait de l’imperméabilisation des sols, empêche la pénétration de l’eau dans la terre et accélère son ruissellement. La suppression des haies et fossés et le busage des petits cours d’eau renforce le phénomène.  

 Créer des Zones d’Expansion de Crues (ZEC)

 Pour maîtriser ces risques, les Programmes d’Aménagement et de Prévention des Inondations (PAPI) des bassins versants des deux fleuves prévoient la création de Zones d’Expansion de Crues (ZEC). Ces équipements sont constitués d’une digue et d’une surface de stockage destinées à retenir l’eau en attendant la décrue.  L’USAN en a été désigné comme le maître d’ouvrage.

 Comme la majorité de ces projets sont situés en zone agricole, il est apparu nécessaire à l’USAN d’engager le dialogue avec les agriculteurs concernés, dans un souci de concertation.

 « Nous nous sommes naturellement tournés vers la Safer pour lui confier cette mission, témoigne Etienne Bajeux, Président de l’USAN. Elle nous avait déjà donné satisfaction en collaborant avec nous pour l’acquisition des terrains nécessaires à la réalisation de la ZEC de Borre. Nous lui avons donc renouvelé notre confiance, mais cette fois-ci en lui demandant d’intervenir plus en amont dans le processus, et pas seulement au moment de négocier les compensations ».

  

Avec l’appui de la Safer pour évaluer les impacts puis négocier le foncier

 L’objectif d’une intervention plus précoce de la Safer est de pouvoir ajuster les plans d’aménagement prévus par l’étude hydraulique en fonction des impacts sur les exploitations agricoles. La Safer rencontre les agriculteurs, évalue les conséquences, recueille leurs souhaits ; et l’USAN adapte le projet lorsque c’est possible.

 « Les études sont terminées pour le bassin versant de la Lys, rappelle Valérie Lorenski, Responsable Environnement & Foncier à l’USAN. Celle de la Safer nous a montré que les deux ZEC à créer n’engendraient rien de problématique. Nous pourrons nous limiter à une seule acquisition avec compensation à Saint-Jans-Cappel. Les autres exploitations sont peu touchées (de 0,1 à 1%). Nous allons acheter. Sur la commune de Morbecque, les parcelles pourront continuer à être exploitées. Nous verserons une servitude pour inondation, ce qui est une première pour nous ».

 La convention entre l’USAN et la Safer pour le bassin versant de l’Yser fait intervenir celle-ci encore plus tôt. « Pour ce territoire, l’étude Safer est intégrée à l’étude hydraulique, explique Valérie Lorenski. Ce qui signifie qu’à un moment donné, nous interrompons l’étude hydraulique pour envisager les conséquences sur les exploitations des différents scénarios qui se dessinent avant de continuer. C’est en cours ».

 

Une veille foncière sur la basse vallée de l’Yser en vue d’un re-méandrage

 Parallèlement, il est prévu de remettre l’Yser, qui est canalisée dans sa partie aval en France, dans son ancien lit. Ce qui revient à rallonger son parcours. « Nous avons réalisé les plans envisageables, précise Etienne Bajeux. Mais c’est un projet à long terme pour lequel nous attendons les opportunités foncières qui nous seront indiquées par la Safer ».

 Voilà donc un partenariat bénéfique pour tous. Le monde agricole qui est écouté. La population qui voit le risque d’inondation se réduire. Et l’USAN qui fait avancer ses projets dans les meilleures conditions.


Newsletter de Décembre 2015

 
Service proposé par SAFER - Powered by MagicSite